Le club de lecture #1

Une première sélection de cinq idées de lecture qui m’ont plu, découverts au cours de ces derniers mois. Ce ne sont pas forcément des nouveautés, donc je vous laisse choisir ce qui vous intéresse et ce qui vous fait envie ! 😉

Une histoire d’amitié dans la ville qui ne dort jamais 🍎:

Crédit photo : http://www.franceloisirs.com

Etant une grande amoureuse de New York City, tout film ou livre qui y fait allusion attire mon attention. C’est ainsi que mon regard s’est arrêté sur la couverture de ce livre, sorti en poche, écrit par Kristopher Jansma. Un auteur, dont je l’avoue, je n’avais pas encore entendu parler.

Le pitch :

Sara, Georges, Jacob, William et Irène sont jeunes, amis et vivent à New York. Leurs rêves sont à la mesure de cette ville : immenses. Ils attendent tout de la vie, et ils espèrent le meilleur mais la destin va en décider autrement…. Irène, le ciment de la bande d’amis, va tomber malade, très malade, et la nouvelle année qui débute va modifier le cours de leurs existences à tout jamais : comment aider et soutenir Irène tout en acceptant la possibilité qu’elle puisse mourir bientôt, qui plus est dans une ville qui ne vous laisse jamais le temps de reprendre votre souffle… c’est tout l’objet du livre.

Ce que j’en pense :

L’auteur nous embarque avec une grande facilité dans cette histoire d’amitié qui réunit ces cinq personnalités si différentes et pourtant si complémentaires. Le livre se divise en une première partie qui tourne autour d’Irène, l’annonce de sa maladie et l’impact sur le groupe d’amis. Irène, c’est l’artiste, la personnalité insaisissable, celle qui apporte le « rêve » dans le groupe, sûrement le personnage le moins banal, le moins terre à terre face aux quatre autres protagonistes qui se débattent avec leurs failles et leurs doutes. Et pourtant, c’est elle qui va devoir faire face à la maladie, si rude et brutale, et va bouleverser tout leur équilibre. Les personnages sont attachants parce qu’ils sont comme nous, parce qu’ils ont des défauts, parce qu’ils tentent de faire face à la perte de leurs illusions dans une ville où tous les rêves semblent permis. Cette première partie est celle qui m’a le plus plu, avec ses moments drôles mais aussi touchants, comme quand Jacob apprend la maladie d’Irène…. J’ai beaucoup aimé suivre aussi le personnage de William, outsider de la bande, qui tente de se faire une place dans cette bande. Les cinq amis deviennent nos amis jusqu’au coup d’arrêt brutal qui termine la première séquence du livre.

Le lecteur doit se remettre de ses émotions et rentre brutalement dans une deuxième partie que j’ai moins appréciée, où l’on suit Jacob, qui tente de se reconstruire et qui va donner, sans le savoir ou le chercher vraiment, un sens à sa vie grâce à son travail et à une rencontre qu’il va y faire. On perd un peu de la poésie des débuts, en observant également le couple Sara/Georges qui tente de maintenir à flot leur relation. Une deuxième partie plus laborieuse donc pour un livre que je conseille tout de même car générationnel et qui parle à beaucoup d’entre nous de par les thèmes qu’il aborde : la maladie, l’amitié, la quête de soi, les illusions perdues….

Le livre qui a inspiré la série à succès :

Crédit photo : http://www.librairiedialogues.fr

En ce moment, on ne parle que de cette série au thème si dérangeant et je voulais d’abord lire le livre de Margaret Atwood, publié en 1985, avant de me plonger dans la série (qui est par ailleurs vraiment géniale!).


Le pitch :

Dans une société imaginaire, pourtant, par certains côtés pas si différente de la nôtre, la religion a pris le pouvoir et un régime totalitaire, la République de Gilead, a été installé. Les femmes y sont dévalorisées et divisées en catégories, qui vont jusqu’à l’asservissement. Celles qui sont toujours capables d’enfanter deviennent des Servantes écarlates (de par la tenue rouge qu’elles portent), placées dans une « famille » et ayant pour unique mission de tomber enceinte et de faire don, ensuite, de leur progéniture à leur famille d’accueil. « Defred » est l’héroïne de ce récit; elle nous raconte sa vie actuelle faite d’asservissement, en y mélangeant des flashbacks de sa vie d’avant, de sa famille, de sa vie de femme libre et des circonstances qui l’ont mené à sa condition….

Ce que j’en pense :

Comme je l’ai mentionné plus haut, je voulais lire le livre avant de regarder la série, mais je n’ai finalement pas eu la patience d’attendre 😅. L’idée de base est vraiment intéressante et renvoie constamment, en catégorisant ainsi les femmes et en les mettant dans des cases dans lesquelles elles ne peuvent pas sortir (sauf pour rétrograder dans une catégorie inférieure à celle où elles sont actuellement (elles ne peuvent ainsi jamais évoluer)) à la question de la condition de la femme en général et à sa place dans notre société. A l’heure du #metoo et #balancetonporc, le livre trouve des résonnances dans notre société actuelle, car malgré la liberté et l’indépendance gagnées par les femmes durant ces dernières décennies, on se rend compte que « l’asservissement » aux hommes et à leur volonté dans une société qui reste dominée en grande partie par la gent masculine est toujours un fait d’actualité. Dans le livre, les servantes vont jusqu’à être privées de leur identité, puisque que leur nom est donné en fonction du Commandant auquel elles appartiennent (De – Fred ou qui appartient à Fred), et c’est les souvenirs que nous livrent l’héroïne qui dessinent au lecteur son identité et l’espoir qu’elle nourrit de retrouver un jour les siens. La République de Gilead, qui avait pour mission de restaurer l’ordre moral en rétablissant les vertus fondamentales, est finalement aussi pervertie que le régime qu’elle a remplacé et l’héroïne tente de survivre alors qu’il ne semble n’y avoir aucun espoir. Mais l’espoir est toujours permis….

La série est très ressemblante au livre (et est à regarder absolument!), et les scénaristes ont bien respecté l’univers de Margaret Atwood. La saison 1 de la série se termine au même moment que la fin du livre. Les scénaristes ont donc créé de toutes pièces une suite aux aventures de Defred, que l’on ne peut qu’imaginer à la fin du livre, puisque la série est composée de plusieurs saisons. Un livre à lire donc (et une série à regarder!) qui ne vous laissera pas indifférent….

Pour frissonner… :

Crédit photo : http://www.decitre.fr

Le pitch :

La famille Spencer vient de s’installer à Mahingan Falls, dans une belle maison qui viennent juste d’acheter. Ils veulent s’éloigner de la folie de New York et se poser dans ce havre de paix, pour débuter une nouvelle vie…. Mais rien ne va se passer comme prévu. Meurtres horribles, disparitions inquiétantes, hurlements inhumains qui viennent brouiller les communications, rumeurs de sorcellerie et une présence effrayante qui rôde aux alentours de leur maison dans la forêt, font que le rêve va rapidement se transformer en cauchemar pour les Spencer….

Ce que j’en pense :

J’ai adoré et j’ai eu peur !! Maxime Chattam arrive à nous tenir en haleine sur plus de 700 pages, en installant petit à petit une atmosphère glaçante et inquiétante, comme la menace invisible et mystérieuse qui plane au-dessus des Spencer et de Mahinghan Falls. On s’attache aux personnages, à ce couple qui décide de quitter la folie de la grande ville et des carrières à succès pour s’installer dans cette belle maison à la campagne, afin d’offrir un cadre de vie plus paisible à leurs enfants et qui va basculer en plein cauchemar. L’auteur donne ainsi une place importante aux adolescents, au groupe d’amis qu’ils vont constituer en s’installant dans cette petite ville, et qui va devoir affronter avec courage des épreuves toutes plus cauchemardesques les unes que les autres. La nounou des enfants, ainsi que le flic qui enquête sur la série de meurtres, et sa coéquipière qui va finalement le suivre, sont autant de personnages qui nous embarquent dans l’histoire, leurs histoires personnelles se mêlant à l’intrigue du livre. La peur s’installe petit à petit au fur et à mesure que l’on tourne les pages…. Seule petite déception : l’explication donnée par l’auteur aux évènements pourtant inexplicables qui touchent cette petite ville… je ne vous en dis pas plus mais j’aurai préféré qu’une plus grande part de mystère soit gardée, pour rester dans cette ambiance effrayante…. Mais ce n’est pas le plus important finalement, et l’histoire est prenante jusqu’à la fin. Un roman à dévorer!

Un polar totalement déjanté :

Crédit photo : http://www.ledilettante.com

Le pitch :

Agatha Crispies (oui il fallait l’inventer!😅) est lieutenant de police dans la petite ville de New York, Colorado, seulement 150 habitants et où il est absolument impossible de se connecter à Facebook…. Dans l’espoir qu’un meurtre soit commis dans cette bourgade où il ne se passe jamais rien, meurtre dont l’élucidation lui permettrait d’être mutée en tant que capitaine de la Metropolitain Police de New York, New York, et ainsi revenir à ses premières amours, elle tue le temps en dévorant des livres et en animant un club de lecture au sein du commissariat. Lorsque survient finalement ce meurtre tant espéré, Agatha va se lancer dans la résolution de cette enquête, dans l’espoir, qu’à la clé, elle puisse faire un retour triomphal dans la Grosse Pomme. Sur son chemin, elle croisera des écureuils radioactifs, des suspects aux noms imprononçables, Jean-Paul II, plusieurs bûcherons, et dévorera une quantité impressionnante de donuts au chocolat avant de finalement trouver la réponse à ses questions.

Ce que j’en pense :

Je n’avais jamais entendu parler de Romain Puértolas, mais je dois dire qu’il a un style d’écriture qui mérite d’être souligné et vous fait passer un bon moment 😃 Alors je pense que ça passe ou ça casse, et que certains ne seront pas adeptes de son humour, mais personnellement j’ai beaucoup aimé et cela me donne envie de découvrir ses autres romans 😁 Les références littéraires abondent et l’auteur est capable de vous trouver des corrélations entre Britney Spears et Alexandre Dumas, ce qui vous donne une idée du style du livre….😅 Sur un fond de caricature d’une Amérique profonde, trop souvent encore, raciste, Agatha Crispies, jeune femme noire plantureuse, est l’héroïne de cette histoire où l’on tue à coups d’aiguilles à tricoter et de fléchettes, et où le final et la résolution de l’enquête va certainement vous surprendre, tant elle est inattendue…. En résumé, un livre divertissant, une histoire bien ficelée et sans prise de tête pour les vacances !

Le livre à succès :

Crédit photo : http://www.elle.fr

Le pitch :

A la fin du mois d’août 1975, dans la ville d’Aurora, dans le New Hampshire, Nola Kellergan, quinze ans, disparaît. Une vieille dame, qui a vu une jeune femme blessée se faire poursuivre dans la forêt ce même jour, est elle tuée dans sa propre maison. Trente-trois ans plus tard, en 2008, cette affaire non résolue hante toujours les rues et les habitants d’Aurora. Qu’est-il arrivé à Nola, est-elle morte? Et si oui, qui l’a tué?. C’est dans ce contexte que Marcus Goldman, jeune écrivain à succès mais en panne d’inspiration, vient se ressourcer dans cette même ville d’Aurora, chez son grand ami et écrivain Harry Quebert, auteur du best-seller Les Origines du Mal, qui y possède une maison. Mais l’ombre de Nola plane toujours sur Aurora et son corps est finalement retrouvé dans le jardin de la maison d’Harry plus de 30 ans après…. Sur elle, le manuscrit des Origines du Mal…. Marcus va alors devoir soulever les voiles du passé de son mentor et ami Harry Quebert, accusé du meurtre et jeté en prison, afin de prouver son innocence. L’enquête qui commence va mettre à jour les secrets les plus sombres des habitants d’Aurora….

Ce que j’en pense :

Phénomène littéraire renforcé par la sortie récente de l’adaptation télévisuelle avec Patrick Dempsey et réalisé par Jean-Jacques Annaud, ce livre est pour moi un total coup de cœur! A aucun moment l’histoire ne s’essouffle ou perd de son intérêt. Pourtant le style peut dérouter puisque on y suit deux histoires imbriquées, sur plusieurs décennies de différence, avec un système de flashbacks qui peuvent facilement perdre le lecteur. Mais Joël Dicker réussit à nous captiver dans cette histoire pleine de rebondissements, où l’on suit la (tragique) destinée de Nola et où on lève le voile avec Marcus sur les mystères qui entourent sa disparition, tout en découvrant le passé d’Harry Quebert, ses liens avec Nola et les autres habitants d’Aurora. Amour, meurtres, secrets, amitié… tout s’entremêle dans ce roman qui ne manquera pas de vous surprendre par ces révélations et ce… jusqu’à la fin! 😊 Je n’avais pas regardé l’adaptation télévisuelle car je voulais découvrir le livre et l’histoire en premier, je vais donc voir maintenant si Patrick Dempsey est à la hauteur du livre et de la personnalité complexe d’Harry Quebert…. Un livre que je recommande vraiment! 😉


Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur la façon dont les données de vos commentaires sont traitées.